Retrouvez la nature et l'aventure,
à travers la connaissance des plantes sauvages comestibles et de la vie en milieu sauvage, sur notre camp de Robinson, en forêt, en bivouac ou en rando,
et retrouvez votre vraie nature.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 Traditions Botaniques Anciennes en Ardèche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
natureboheme
Graine de Frêne
Graine de Frêne


Messages : 43
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 65
Localisation : Paris 75009
Emploi/loisirs : Agent d'acceuil
Humeur : Et bien oui: Ca va!

MessageSujet: Traditions Botaniques Anciennes en Ardèche.   Mer 16 Sep 2009 - 10:03

 
Les plantes de l’ « entre deux Notre Dame ».

Certaines plantes cueillies entre les deux fêtes de Notre Dame : Notre Dame d’Août : Le 15 Août et Notre Dame de Septembre : Le 8 Septembre, ont des vertus médicinales remarquables selon les traditions botaniques de l’Ardèche.
 
A quel moment de la journée ou de la nuit faut-il cueillir les plantes ?

Dans différentes publications je retrouve ce conseil : cueillir les plantes « au moment où la Lune est couchée, et où le soleil n’est pas encore levé ». (Fraction du temps qui n’est plus la nuit et qui n’est pas encore le jour, et que l’on retrouve comme sacrée dans de nombreuses religions) « C’est à cet instant que la cueillette des plantes leur permettra de conserver le plus  de vertus bénéfiques car elles seront alors « gorgées de rosées » ». Je suppose que ce conseil ne peut s’appliquer qu’aux personnes qui possèdent  un jardin  où elles cultivent les simples. On peut penser que l’on est sensé faire la cueillette à la  lueur d’une lanterne. 
 
 
Restez fidèle aux us et coutumes de l’ancien temps.

(Probablement d’origine celtique)
Ne manquez pas de prononcer les phrases rituelles :
  • Avant la cueillette : On implore la terre :
    " O toi par qui s’endort la Nature ! Toi qui fais fuir le jour et amène la nuit ! Toi qui nous caches le soleil ! Toi qui engendres toutes les herbes ! Toi qui les donnes aux humains pour leur guérison !"
    Puis on implore la plante :
    « Celle qui vous a crée avec vos propriétés salutaires veut que je vous cueille !» (A répéter 3 fois.)
    Après la cueillette on fait une offrande pour apaiser la Terre:
    Un rayon de miel ou un grain de blé ou un grain d’orge, dans le trou d’arrachage.
 

La symbolique de Notre Dame.

Il est à noter que la personnalité de Notre Dame reprend en une seule personne des croyances antiques d'entités féminines les plus diverses, déesses mères celtiques, romaines ou même dit-on égyptiennes. On parle aussi de lieux ou des fées étaient autrefois vénérées. Tous ces lieux originellement dédiés à une entité féminine  ont été  sacralisés au nom de la  Sainte Vierge, Notre Dame par les premiers évangélisateurs. De nombreux lieux de culte consacrés à Notre Dame  remontent historiquement à la plus haute antiquité, sans qu’il soit réellement possible de déterminer en ces temps modernes quelle divinité y était à l’origine vénérée. Un autre mystère est représenté par les  Vierges Noires que l’on retrouve dans de nombreux sanctuaires d’Europe et dont l’origine païenne ou chrétienne  est bien loin d’avoir été élucidée.
 
La liste des « herbes d’entre les deux Notre Dame ». L’Huile Merveilleuse.

[Je précise qu’en matière de plantes médicinales, il est essentiel de se référer à un ouvrage autorisé, voir aux conseils d’un pharmacien. Les plantes sont bien loin d’être une médecine douce. Les  poisons les plus violents : digitale, ciguë, aconit, belladone appartiennent au monde végétal. Même une plante d’apparence aussi anodine que le réglisse peut avoir de forte contre indication.  Très malheureusement le diplôme d’herboriste a  été supprimé par le régime de Vichy en 1941, et jamais rétablit depuis.][Si certaines des plantes que je cite vous intéressent : taper leur nom (faites un copier/coller) dans votre moteur de recherche Google ou Yahoo. Vous  aurez ainsi accès à des fiches précises qui vous donneront toutes précisions utiles. Je me suis efforcé de compléter avec les noms scientifiques.] 
 
Le Manuscrit « A » qui provient des archives d’Annonay, daté des XVIIéme et XVIIIéme siècles, donne la composition de l’huile Merveilleuse
(Les plantes suivantes doivent être cueillies entre les deux "Notre Dame", période où elles sont au mieux de leur maturation, et teneur en principes médicinaux.)

  • Chardon Béni, (Cnicus ligni)
    Bétoine, (Betonica officinalis)
    Agripaume, Agrimoine. (Leonurus cardiaca)
    Pulmonaire, (Pulmonaria officinalis)
    Branche-Ursine. Branc-ursine sauvage, (Cirse maraîcher, Cirsium oleraceum)
    Orvale, Scufulaire noueuse, (Scrophularia nodosa)
    Cousol, (Correspondance botanique non retrouvée) (Avis aux botanistes !)
    Sarasinèque, (Correspondance botanique non retrouvée) (Avis aux botanistes !)
    Sauge, (Salvia officinalis)
    Chardon Notre Dame, Chardon-Marie, (Silybum marianum, Caeduus marianus)
    Langue de Cerf, Langue de bœuf, Scolopendre, (Phyllitis scolopendrium)
    Scabiosa, Scabieuse, (Scabiosa succisa, S. nigra)
    Vèronica, Véronique, (Veronica officinalis)


Il est dit aussi dans un manuscrit de la même époque que les baies de genévrier doivent être cueillies aussi « entre les deux  Notre Dame ». « La graine de genièvre qui est cueillie entre Notre-Dame de la mi-août (15 août) et Notre-Dame de septembre (8 septembre), mangée à jeun, donne couleur vive et vermeille. »
 
Herbes de la Saint Jean.

La nuit de la Saint Jean correspond aussi à un moment où la récolte des plantes médicinales est la plus appropriée. Selon les traditions les plus anciennes, la nuit qui va du 23 au 24 juin correspond au solstice d'été : la nuit la plus courte de l'année. Cette date reprise par les évangélisateurs des premiers temps correspond en fait à des cérémonies païennes qui se déroulaient depuis la plus haute antiquité. Ces cérémonies étaient liées au culte solaire.

"En Ardèche, il y a très longtemps, la nuit de la saint Jean, des hommes tirant des derrière eux des roues de pailles enflammées descendaient en courant du haut en bas des collines. C'était le symbole de la course du soleil." (La Laurencie 1936)

Liste des plantes cueillies en Ardèche au cours de la Nuit de la Saint Jean:

  • Armoise (Artemisia vulgaris)
    Arnica (Arnica montana)
    Bourrache (Borago officinalis)
    Centaurée (centaurea centaurium) ou (Erythroea centaurium)
    Gentiane (gentiana lutea)
    Livèche (legusticum levisticum, legusticum officinale)
    Mauve (Malva rotindifolia, Malva sylvestris)
    Mélisse (Melissa officinalis)
    Menthe (Mentha piperata, Mentha viridis)
    Millepertuis (Hypericum peforatum)
    Noyer feuilles (Juglans regia)
    Ortie (Urtica dioïca, Urtica urens)
    Pied de chat (Gnaphalium dioïcum)
    Reine des près, Ulmaire (Spiraea ulmaria)
    Serpolet (Thumus serpyllum)
    Tilleul (Tilia europoea)
    Verveine (Verbana officinalis)
    Violette odorante (Viola odorata)


Dans certaines communes ces fleurs étaient tressées en couronnes ou en guirlandes et déposées sur ou autour de l'autel de l'Eglise du village. Une messe était célébrée au-dessus d'elles.

L'"Huile Rouge" était préparé en faisant infuser ces herbes dans de l'huile d'olive sur les tisons restant des feux de la Saint Jean.
 
Herbes des guérisseurs :
Ce sont les plantes les plus « prescrites » par les guérisseurs :

  • Bourse à pasteur (Capsella bursa pastoris) : sang et circulation.
    Fumeterre (Fumaria officinalis) : dépuratif, foie.
    Germandrée, Petit chêne ((Teucrium chamaedrys, T. scorodonia, T. scordium, T. botrys): estomac.
    Lierre terrestre (Glechoma hederacea) : poumons
    Marrube blanc (Marrubium vulgare) : poumons, expectorant.
    Mauve (Malva rotudiflora et sylvestris) : adoucissant.
    Pariétaire (Parietaria officinalis) : reins.
    Petit houx, Fragon épineux (Ruscus aculeatus) : vaisseaux sanguins.
    Reine des près, Ulmaire (Spiraea ulmaria) : rhumatismes.


Elles ont toutes des activités diffèrentes. Les guérisseurs les utilisaient le  plus souvent toutes ensembles pour ne pas courir le risque d’une omission.
 
Quelques plantes aux vertus ou aux usages remarquables : 

  • (Abeille: A titre préventif contre les rhumatismes, il faut se faire piquer par une abeille à la belle saison.)
    Aigremoine. (Agrimonia eupatoria) : C’est une plante devinatoire. Si on la met dans l’oreille d’une personne endormie, elle provoque des songes qui permettent à celle-ci de répondre la vérité en toute chose. (Selon un manuscrit du XVIIéme siècle.)
    Amandier (Prunus amygdalus) : Les amendes amères contiennent de l'acide Cyanhydrique(acide prussique). On pense qu'il suffit de vingt amandes amères pour tuer un homme. A ne pas confondre donc avec les amendes douces!
    Arrête bœuf (Ononis Spinosa) : Ses racines arrêtent le bœuf qui tire la charrue.
    Aunée ou Campagne (Inula Helenium) : On la trouvait dans tous les jardins. On employait la décoction de la tige pour le mal d’estomac, les coliques, les spasmes ; les convulsions ; les étouffements. La décoction de sa racine était diurétique.
    Angélique (Angelica archangelica) : Annibal Camoux, qui mourut à 120 ans en 1759, mâchait continuellement de la racine d'Angélique.
    Basilic ou Pistou (Ocimum Basilicum) : On en trouve dans de nombreuses maisons dans un pot de fleur sur la fenêtre l’été et au coin du feu l’hiver. C’est un porte-bonheur. Il est employé comme condiment pour confectionner des potages. En infusion c’est un digestif.
    Chou : De nos jours, le chou vert classique est considéré comme souverain contre les douleurs rhumatismales. On applique ses feuilles froides sur l’emplacement douloureux. Ou bien on applique un cataplasme chaud de choux et d’oignons cuits, mélangés de son, et mis dans un linge.
    Coquelicot ou Quoquelicoq : De nos jours les familles préparent un sirop avec ses pétales. Employé en alimentation pour la préparation des caillettes, sorte de pâtés de porc avec des herbes.
    Datura (Datura stramonium) : Elle était dite herbe aux sorciers ou herbe des magiciens.
    Figuier : On conserve les fromages dans ses grandes feuilles. Olivier de Serres prétendait conserver des raisins deux ans dans ces mêmes feuilles. (XVIéme siècle)
    Germandrée petit chêne (Teucrium Chamaedrys) : Très employée par les guérisseurs car considéré comme une « panacée universelle » (remède universel).
    Guimauve (Althaea officinalis) : Comment faire des tablettes de guimauves? (Recette du XVIIIéme siècle.) : « Prenez 4 onces (once = 32 g) de pulpes de guimauve passées par un tamis, une livre et demi (une livre = 500 g) de sucre fin, 6 onces d’eau de rose. Il faut faire cuire le sucre en tablette avec l'eau de rose, puis y mêler la pulpe de guimauve.
    Hellébore noir ou rose de Noël (Helleborus niger) : On suspendait un bouquet de cette plante dans les écuries pour protéger les animaux du mauvais œil et des prédateurs.
    Petit houx ou Fragon épineux (Ruscus aculeatus) : Plante tutélaire (qui tient sous sa protection), protectrice des maisons.
    Joubarbe des toits, Barbe de Jupiter (Sempervivum tectorum) : C'est une plante magique, elle protége les maisons de la foudre.
    Laurier sauce, (Laurus nobilis) :C'est une plante sacralisée et tutélaire. Elle est utilisée le jour des rameaux pour être bénie. Elle est ensuite conservée dans les familles. On en dépose un brin au chevet des défunts. Certaines personnes craintives en font brûler les jours d'orage pour éloigner la foudre. Elle est placée au sommet des toits, en concurrence avec le buis, quand on vient de terminer une maison.
    Lichen (Cetraria islandica) :Dans les montagnes d'Ardèche vers 1879 l'on récoltait un lichen de couleur crapaud pour en faire une farine. Celle-ci était consommée en potages ou en pâtes avec du miel comme fortifiant.
    Marjolaine sauvage ou Origan (Origanum vulgare) : Est décrite comme une plante aux multiples vertus.
    Marronnier (Aesculus hipposcastanum) :Il faut avoir trois marrons dans sa poche contre les rhumatismes ou pour la circulation à titre préventif ou curatif. Encore de nos jours il y a de nombreux utilisateurs même à Lyon. Dans cette ville il faut utiliser trois marrons fournis par un marronnier à fleurs rouge de la place Carnot.
    Mauve (Malva sylvestris) : "La mauve cuite avec du sel, mangée en purée est moult profitable , elle est bonne pour toutes maladies que l'on peut avoir au corps.(…) Ses fleurs broyées avec des feuilles d'olivier détrempées de vin blanc à jeun, guérissent des angoisses." (Manuscrit XVII & XVIIIème siècle)
    Mélisse (Melissa officinalis) : Est décrite comme une panacée universelle. "Mélisse et sauge franche broyées ensemble avec du vinaigre et mangées avec du vin rouge confortent le cœur et réjouissent l'âme." "Elle a de la sollicitude pour les humeurs précédentes de la mélancolie." Manuscrit du XVIIIème siècle. (Rien ne nous empêche de placer Sauge et Mélisse dans vos salades pour en enrichir le goût et les vertus.) Ce conseil coquin: "Si les femmes connaissaient les vertus de la mélisse… Elle la plierait dans leur chemise." L' "Eau de Mélisse des Carmes Déchaussées" était déjà commercialisée il y a 400 ans! Rendez vous compte! Cette "Eau de Mélisse des Carmes déchaussées" est toujours commercialisée.
    Millepertuis (Hypericum perforatum) : Plante tutélaire de la maison et contre le mauvais œil. "Le millepertuis passait pour préserver les maisons de l'esprit malin et des sorcières. Aussi le suspendait-on au plafond la veille de la St Jean Baptiste" (J. Valnet)
    Nénuphar (Nymphea alba et Nuphar luteum) : Réputée pour leur vertu anti-aphrodisiaque (calmant de la libido). On raconte qu'un jour dans un monastère ardéchois les moines proposèrent un verre à l'un de leurs fournisseurs. Celui-ci accepta et affirmait en contant son aventure que pendant 15 jours il fut impuissant. Il avait bu une liqueur de nénuphars, soi-disant seule boisson alcoolisée de ces moines.
    Noisetier (Corylus avellana) : La baguette de noisetier est sacrée. C'est l'instrument des sourciers. A la saint Jean on coupait les branches de noisetier dont on trempait l'extrémité dans la cire fondue.
    Noyer (Juglans regia) : Le vin de noix est très prisé comme apéritif encore de nos jours. Pour le confectionner prendre cinq litres de vin rouge ou blanc, un litre d'eau de vie, cinquante noix, formée mais non encore mûres (début juillet), les casser. Laisser macérer pendant 40 jours. Passer sur une gaze et ajouter un kilo de sucre. On évite les piqûres d'abeilles et d'insectes en se frottant le visage et les mains avec des feuilles de noyer. (J.Valnet). Il est fait mention que les feuilles de noyer éloignent vermines et insectes.
    Oignon (Allium cepa) : Le jus d'oignon constitue une excellente encre sympathique (qui révèle le texte écrit seulement quand le papier est chauffé). Faites en donc la surprise à vos enfants (ou à votre amoureuse).
    Persil (Petroselium sativum) : Il s'agit d'un aphrodisiaque. "Celui qui réussit bien sa culture risque d'être cocu… Le toucher fait casser les verres, fait tourner le lait des nourrices… Porté sur soi au contact de la peau, il protège en particulier du mal de voiture et calme tous les maux de ventre en général". C'est une plante magique.
    Peucèdane ou Impérator (Peucedanum ostruthium) : Plante magique.
    Piloselle, Epervière piloselle (Hieracium pilosella) : Jus utilisé autrefois pour tremper épées et couteaux.
    Pois chiche (Cicer arietinum) : Il est considéré comme dépuratif, "car provoque des gaz qui emmènent tout le mal avec eux!"
    Psyllium ou herbe aux puces (plantago psyllium) : Son herbe épandue dans la chambre en chasse les puces.
    Radis (Raphanus sativus) : Pour faire un sirop anti-toux, le raper et le mélanger à du sucre.
    Rue ou rude (Ruta graveolens) : On en trouve encore dans tous les vieux jardins dont elle éloigne les vipères.
    Saponaire (Saponaria officinalis) :Cette plante frottée dans l'eau, donne une eau savonneuse employée comme détergent pour le linge, les cheveux, le visage.
    Sariette (Satureia montana) : C'est un aphrodisiaque réputé.
    Sauge (Salvia officinalis) : Réputée comme un panacée universel. "Qui a la Sauge dans son jardin, n'aura plus besoin de médecin!"
    Verveine sauvage (Verbena officinalis) : C'était une plante sacrée des gaulois. Il l'employait en magie et sorcellerie. Elle n'a rien de commun avec la verveine odorante vendue en pharmacie qui se nomme Lippia citriodara. "Au temps des gaulois, les pretres lavaient leurs autels avec l'infusion de verveine, qui entrait dans la composition de l'eau lustrale. (Eau magique et sacrée des anciennes traditions)
    Vesses de loup : (champignon en forme de boule qui a maturité éclate en dégageant un nuage de spores.) Cette "fumée" était utilisée autrefois pour éloigner les abeilles de leur ruche au moment de la récolte du miel.
    Vigne (Vitis vinifera) : Recette du "Brûlot: "Dans un bol d'eau-de-vie mettre sept morceaux de sucre, enflammer l'eau-de-vie, laisser brûler la moitié du volume, boire très chaud en s'enveloppant d'une couverture dans le lit, changer de drap et de chemise aussi souvent que nécessaire. C'est un remède souverain contre les rhumes, la grippe, les froids."
 

Les Jardins de Simples Familiaux.

"En arpentant les collines ardéchoises, nous sommes toujours frappés de trouver aux abords des fermes abandonnées de nombreuses plantes, autrefois cultivées, ayant survécu au naufrage. Les plus fréquentes sont la Sauge, la Mélisse, l'Hellébore, le Sureau, le Tilleul, le Frêne. Un de nos interlocuteurs nous a donné l'explication de leur présence. Ces plantes n'étaient pas cultivées à titre ornemental, elles constituaient une pharmacie vivante, à la portée de la main, comme les légumes du potager sont la réserve de la ménagère. Chaque agriculteur avait un jardin botanique familial."

"Nous avons vu à Chomérac un jardin où les même plantes étaient cultivées aux même endroits depuis plus de 150 ans. Ils s'agissaient de Bistorte, Aunée, Rue et Livèche."

"Nous avons été impressionnés par la découverte dans un vieux grenier de quantité de plantes en cours de séchage, d'autres déjà empaquetées dans de vieux journaux jaunis pas le temps. Sur la cheminée brillaient dans l' "obscure clarté" des fioles contenant de nombreuses plantes conservées dans de l'eau de vie."

[Source: P. Ribon]

[Cet Article a été compilé par YG en juillet 2008. Je me suis servis comme source principale de documentation des travaux de Pierre Ribon, pharmacien, rédacteur de l'ouvrage: "Guérisseurs et Remèdes Populaires dans la France Ancienne" "Cévennes, Vivarais" Edition Horvath (1960/1970) M. Pierre Ribon s'est fait aider dans ses recherches par ses frères Paul lui aussi pharmacien et de l'abbé Jean Ribon érudit en traditions populaires. J'ai aussi incorporé quelques informations trouvées dans les ouvrages du docteur Jean Valnet. Je me suis aussi inspiré de mon expérience personnelle. J’ai passé tous mes mois d’Aout de 1955 à 1965 à La Louvesc dans le Vivarais, Ardèche, chez mon grand père. Notre tante, chef scout émérite, nous entraînait dans d’interminables randonnées, où nous étions en contact intime avec la Nature et l’agriculture de ce temps (J’ai vu travailler les robustes bœufs). Nous étions passionnés de découvertes insolites et en particulier les nombreuses ruines que l’on trouvait un peu partout, vestiges du temps passé.]


Dernière édition par natureboheme le Jeu 17 Sep 2009 - 11:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.les-vegetaliseurs.com/tribu/clairefontaine/
hildegarde
Monitrice/Formatrice
Monitrice/Formatrice
avatar

Messages : 5200
Date d'inscription : 26/03/2009
Age : 49
Localisation : au pied de l'arbre
Emploi/loisirs : Monitrice de vie en pleine nature et formatrice pour Echappées Sauvages
Humeur : cool et positive autant que possible...

MessageSujet: Re: Traditions Botaniques Anciennes en Ardèche.   Mer 16 Sep 2009 - 15:30

merci pour cet article très riche en informations !!

_________________
Il y a du bon en ce monde, et il faut se battre pour ça.
"Une vie est comme un jardin. des moments parfaits peuvent être créés, mais pas conservés, sauf dans la mémoire." Leonard Nimoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mauvaisesherbes.org
Pertulisane
Graine de Frêne
Graine de Frêne
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 15/09/2009
Age : 56
Localisation : Yonne (89)

MessageSujet: Re: Traditions Botaniques Anciennes en Ardèche.   Jeu 17 Sep 2009 - 22:35

Oui un article très intéressant.

Pourtant cette cueillette des plantes médicinales la nuit lorsqu'elles sont "gorgées de rosée" n'est pas sans me surprendre, moi qui m'applique à cueillir toutes mes herbes à tisanes lorsqu'elles sont exempte d'humidité (par exemple en fin d'après midi d'un jour ensoleillé pour que le séchage se fasse bien et qu'elles ne pourrissent pas.
Mais peut-être que ces plantes n'étaient pas destinées au séchage.

Et vous à quel moment de la journée récoltez vous les plantes ??
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pertulisane.com
hildegarde
Monitrice/Formatrice
Monitrice/Formatrice
avatar

Messages : 5200
Date d'inscription : 26/03/2009
Age : 49
Localisation : au pied de l'arbre
Emploi/loisirs : Monitrice de vie en pleine nature et formatrice pour Echappées Sauvages
Humeur : cool et positive autant que possible...

MessageSujet: Re: Traditions Botaniques Anciennes en Ardèche.   Jeu 17 Sep 2009 - 22:41

La rosée n'arrivant qu'au petit matin, avec les premiers rayons du soleil, les plantes cueillis la nuit sont sèches en surface.....ainsi il est peut-être opportun de les récolter lorsqu'elle sont au "repos".......... @

_________________
Il y a du bon en ce monde, et il faut se battre pour ça.
"Une vie est comme un jardin. des moments parfaits peuvent être créés, mais pas conservés, sauf dans la mémoire." Leonard Nimoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mauvaisesherbes.org
Pertulisane
Graine de Frêne
Graine de Frêne
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 15/09/2009
Age : 56
Localisation : Yonne (89)

MessageSujet: Re: Traditions Botaniques Anciennes en Ardèche.   Jeu 17 Sep 2009 - 23:02

Oui sans doute.
c'est cette partie du texte qui m'a fait réagir " « C’est à cet instant que la cueillette des plantes leur permettra de conserver le plus de vertus bénéfiques car elles seront alors « gorgées de rosées » ».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pertulisane.com
natureboheme
Graine de Frêne
Graine de Frêne


Messages : 43
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 65
Localisation : Paris 75009
Emploi/loisirs : Agent d'acceuil
Humeur : Et bien oui: Ca va!

MessageSujet: L'heure magique!   Jeu 17 Sep 2009 - 23:50

Pertulisane a écrit:
Oui sans doute.
c'est cette partie du texte qui m'a fait réagir " « C’est à cet instant que la cueillette des plantes leur permettra de conserver le plus de vertus bénéfiques car elles seront alors « gorgées de rosées » ».

Tradition ancienne d'origine celtique: Heure magique: Linstant où ce n'est plus la nuit et où pourtant ce n'est pas encore le jour!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.les-vegetaliseurs.com/tribu/clairefontaine/
hélichrise
Racine Animatrice
Racine Animatrice
avatar

Messages : 1163
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 32
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : étudiante
Humeur : du ciel

MessageSujet: Re: Traditions Botaniques Anciennes en Ardèche.   Dim 31 Oct 2010 - 3:20

natureboheme a écrit:
Tradition ancienne d'origine celtique: Heure magique: Linstant où ce n'est plus la nuit et où pourtant ce n'est pas encore le jour!


Il est vrai que c'est un instant magnifique. Le ciel commence à ce colorer à l'horizon. C'est vraiment très jolie!

Merci pour toute ces petites informations.

_________________
Si la vie n'est qu'un passage, sur ce passage au moins semons des fleurs. Montaigne
Revenir en haut Aller en bas
 
Traditions Botaniques Anciennes en Ardèche.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» chantiers écologiques en ardèche
» herbes et traditions
» Mages; les Traditions
» Chantiers en sud-Ardèche
» Sos - Perdu berger allemand en Ardèche (07)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echappées sauvages  :: Au coeur du sujet :: Les plantes dans l'histoire, l'histoire des plantes-
Sauter vers: